L’art du bentô (おべんとぅ)

Aujourd’hui à midi, je me suis installée dans le joli petit jardin de l’hôpital Corentin Celton pour déguster mon bentô. Je dois dire que c’est toujours un plaisir de sortir sa joli boîte à bentô et ses baguettes de leur housse assortie pour déjeuner sur l’herbe.

Je ne suis pas une spécialiste ès bentô mais je dois dire que j’ai suivi une envie pour me rendre compte après coup que j’étais en fait  très tendance. D’où m’est venue l’idée du bentô ? d’une association d’idées simple :  je me suis retrouvée un jour au soleil, dans un jardin avec mon sandwich du midi et j’ai pensé au pique-nique à la japonaise vu dans les mangas, notamment à la scène où un personnage secrètement amoureux de l’héroïne espère que cette dernière lui prépare spécialement un bentô.

Donc j’ai acquis des boîtes à bentô et je découvre que de la préparation à la dégustation, le bentô ne porte pas la même signification que le repas à l’occidental. Par exemple, pour moi, cuisiner un plat ou faire un gâteau relève d’une attente, agréable certes, pour pouvoir assouvir ma gourmandise.  Alors que je me contente d’un bentô basique, sa préparation est déjà tout un exercice intellectuel. Car il faut rentrer dans une boîte de petite taille un repas le plus complet possible : légumes, fruits, protéines, fibres…Donc première étape, rassembler les ingrédients qui vont remplir le bentô. Deuxième étape, la préparation du bentô : j’épluche, je coupe, je fais cuire en un temps record (au micro-ondes, je précise). Le résultat est invariablement kawaii, ce dont je suis toujours surprise. En effet, le bentô se transforme en un jeu de couleurs  et de textures des aliments rehaussé par des accessoires beaux et pratiques comme savent les concevoir les Japonais. Et la confection de mon bentô ne me prend généralement guère plus de 10-15 minutes le matin avant de partir travailler et 30 minutes pour le repas du soir un peu plus élaboré.

La dégustation elle-même est particulière dès l’ouverture du bentô. Fini le sandwich ou la salade qu’on regarde à peine avant de les manger. On apprécie déjà de sortir un bel objet de son sac avec un joli contenu préparé de ses propres mains. On peut donc s’extasier et se dire « c’est moi qui l’ai fait ». Personnellement, j’ai choisi d’utiliser les baguettes et avec le temps, je les trouve de plus en plus pratiques car je peux ainsi lire en même temps un bouquin tenu de l’autre main. Finalement, le repas du midi devient un véritable moment de détente. La photo suivante est un de mes bentôs du mois de mai préparé lors des premiers beaux jours.

Pour faire un peu de publicité, vous pouvez acquérir des boîtes à bentô et leurs accessoires soit directement du Japon via le site bento&co, soit à Paris près de l’Opéra à la boutique komikku.

Publicités
Cet article, publié dans Japon, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’art du bentô (おべんとぅ)

  1. Cephalon dit :

    Coucou 🙂

    J’ai vu que tu avais mis le lien de mon blog sur ton blog et que t’avais été à la Japan Expo.
    Je crois que je me souviens t’avoir fait un Chibi (tu avais un chapeau et tu étais accompagnée d’une autre femme non ?) mais j’en suis plus trop sûre avec tous les gens qui nous ont demandé des dessins XD

    Bisous, à bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s