Les belles rencontres

Me voici de retour après une semaine d’immersion totale en musique à Beaune en Bourgogne car pas de connexion internet et oubli du chargeur de mon téléphone portable. Un peu groggy après une intense semaine. Il est toujours si difficile de sortir du cocon de l’académie pour retrouver la réalité de la vie quotidienne et du boulot.

Cette semaine s’est illustrée par beaucoup de musique comme d’habitude, des nouveautés musicales, des belles rencontres et de délicieuses sorties à Beaune.

Je dois avouer qu’il est aussi difficile de sortir du rythme de l’académie qu’il est facile de s’y replonger. Certes, il faut se rappeler les horaires que l’on a oublié mais on s’y rehabitue très vite : 7h  jogging dans les vignes, 8h-8h45 petit déjeuner, 9h-9h30 chorale, 9h45-12h cours d’instrument, 12h-13h30 déjeuner, 13h30-14h chorale, 14h-15h musique de chambre, 15h15-17h orchestre de chambre, 17h-18h goûter (important le goûter !) et répétitions personnelles, 18h-18h45 chorale, 19h dîner et after divers (répétitions, sorties dans Beaune) à partir de 20h.

Cette année, l’académie a accueilli environ 110 stagiaires dont beaucoup d’enfants et moins d’ados. Mais une ambiance sympathique s’est très vite installée entre les différentes générations. La difficulté a été la chorale où avec beaucoup de pitchous, il a été un peu compliqué de faire apprendre les paroles en argentin, portugais et anglais. Du côté des adultes, après un premier temps d’adaptation, nous avons pu trouver des relations très harmonieuses entre des caractères différents et des attentes différentes vis-à-vis du stage. Mais chacun a réussi à gérer ses frustrations car l’académie, c’est aussi savoir s’adapter aux circonstances de la semaine.

Musicalement, j’ai pu travailler en cours de flûte les deux premiers mouvements de la sonate d’Hindemith avec deux professeurs différents, un vrai luxe,  je me suis bien amusée en musique de chambre deux flûtes, clarinette et clarinette basse avec deux danses hongroises de Brahms et trois danses slaves de Dvorak, en off c’est-à-dire le soir, nous avons répété le magnifique larghetto du quintette  avec clarinette de Mozart, j’aime toujours chanter à la chorale avec cette année des chants d’Amérique du Sud et un medley Michaël Jackson et pour la première fois, j’ai joué en orchestre dans un pupitre de cordes. Cette dernière expérience m’a passablement changé mes habitudes d’orchestre car en tant que 1ère ou 2ème flûte, on se gère seul face au chef d’orchestre, on travaille davantage sur la distinction des timbres au sein de l’harmonie et on est toujours séparé du chef par le quatuor à cordes. Dans le pupitre des cordes, j’ai successivement joué au premier pupitre avec un contact direct avec le chef d’orchestre et au dernier pupitre (le deuxième rang…) au milieu de la masse sonore des cordes : sensations étranges au début et nouveauté supplémentaire, il faut également regarder son chef de pupitre (je ne sais pas comment font les derniers pupitres d’un orchestre pour voir celui qui est devant !! enfin, je suppose qu’ils essaient de voir en même temps le chef d’orchestre et leur chef de pupitre).

Par ailleurs, avant de débuter le stage, nous sommes allés pour la première fois depuis plusieurs années que nous fréquentons l’académie à un concert du festival de musique baroque de Beaune qui se tient en même temps et nous avons assisté à une très belle interprétation par les Arts Florissants sous la direction de William Christie d’Anacréon et de Pygmalion de Rameau. Comme nous étions assis juste derrière l’orchestre et le choeur, nous avons pu admirer pendant le concert le très beau port de danseuse de la contrebassiste et durant l’entracte, une des violonistes nous a parlé de son instrument et de son archet.

De belles amitiés se sont nouées au cours de cette académie autour de la musique mais également à table autour de bons plats et de bons vins. Les conversations que nous avons eues sur la manière de cuisiner les oeufs en meurette, nos frustrations successives à ne pas obtenir notre cornet de frites à la terrasse du café place Carnot, le choix d’un bon vin et encore plus crucial,  les discussions sur la bonne manière d’éplucher une orange ont également aidé pour que nous fassions mieux connaissance.

Une très belle académie et vivement l’année prochaine ou plutôt J-356 !


Publicités
Cet article, publié dans alto, amitiés, chant, flûte, musique, musique de chambre, orchestre, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les belles rencontres

  1. La JOMiKO dit :

    Bonsoir Levia! Et bien déjà merci pour ton commentaire, ravie que ca plaise 🙂

    La ville de Beaune semble magnifique même si je n’y ai jamais mis les pieds. Ceci dit la musique reste une passion ou tu compte en faire un métier? 🙂

    • leviacarmina dit :

      La musique est une passion mais même en tant qu’amateure, j’essaie de la vivre autant que possible.
      Beaune vaut vraiment le détour et la région alentour également.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s