El salvaje de Horacio Quiroga

Horacio Quiroga, sin duda el mejor cuentista rioplatense, y quizá continental como quieren muchos, ocupa un lugar de excepción dentro de las letras hispanoamericanas. Sus relatos, por la precisión de su planteo, seguridad en la resolución y renuncia intencional a todo efectismo, son obras maestras comparables a lo mejor que hasta hoy se haya escrito en el género.
Llegado a las letras en las postrimerias del siglo pasado, su iniciación supo de la influencia del simbolismo imperante. Data de esa época « Los Arrecifes de Coral », su primer libro, de extraña concepción, en el que no obstante se esbozan ya las extraordinarias cualidades que ubicarían a Quiroga en un primerísimo plano del continente literario.
Fué necesaria una conjunción más honda con la naturaleza americana para que el verdadero Quiroga se liberara de superficiales bagajes y hallara la plenitud de su expresión. De su contacto con la selva misionera surgió lo más noble de su obra, densa en atmósfera y pujante en acción, y en la que « El Salvaje », aparecido en 1920, se destaca por el vuelo imaginativo y la certeza de la pintura de ambiente. Varios relatos se reúnen en este volumen y en todos ellos hallará el lector el sazonado fruto de un creador genial.

***

Je poursuis ma découverte de la littérature argentine et uruguayenne avec des contes d’Horacio Quiroga dont un exemple connu est « el salvaje » ou « le sauvage » en français. « El salvaje » fait partie d’une série de contes pour enfants dont l’action se déroule dans la nature sauvage en Argentine, Quiroga y ayant séjourné quelques temps pour cultiver du yerba mate entre autres. « El salvaje y otros cuentos » traite principalement de trois thèmes : la difficile survie de l’homme dans la nature, la religion dans « cuadrivio laico » et les relations humaines (l’amour, la mort, la famille) dans un milieu plus civilisé, voire mondain.

Horacio Quiroga a été comparé à Edgar Allan Poe non sans raison, notamment pour ses contes à propos de la jungle et de sa violence impitoyable. Certes, je me laisse facilement impressionnée par mes lectures mais j’ai réellement connu un moment d’angoisse lorsque je lisais « la reina italiana » dans un parc, craignant une soudaine poussée de violence d’une bande de moineaux en train de se chamailler. Le monde civilisé qui m’entourait prenait soudain des traits menaçants. Pourtant, je ne prends généralement pas peur si facilement. L’influence de la lecture d' »el salvaje » doit expliquer la réapparition récente d’un cauchemar qui remonte à ma petite enfance suite à un film en noir et blanc avec des attaques d’araignées géantes, cauchemar identique à celui de Ron Weasley dans Harry Potter quand il rencontre Aragog et sa « gentille » famille. Mais je m’éloigne du sujet.

Les nouvelles de Quiroga présentent des univers et des situations très divers passant de la cruauté et du pessimisme au bonheur simple de la vie. Je suppose qu’il a retranscrit ce qu’il a pu connaître dans sa propre existence. D’ailleurs, dans deux contes, il se met lui-même en scène à la première personne. La noirceur de certains contes peut trouver son explication dans les événements tragiques de sa vie : la mort de son père lorsqu’il avait trois mois, le suicide de son beau-frère et de sa première femme, la mort d’un de ses amis tué accidentellement par Quiroga d’un coup de revolver. Les aspects sombres de son style n’empêchent pourtant pas qu’on puisse s’attacher à son récit et à ses personnages.

Publicités
Cet article, publié dans Argentine, lecture, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s