A corps dansant

Je vais débuter cette rentrée ma quatrième année en tango. J’ai fréquenté quelques milongas cet été pour continuer à pratiquer mais surtout pour me faire plaisir.

Je mesure le chemin parcouru depuis mes premiers pas au tango où il fallait comprendre le guidage de son partenaire, maîtriser ses pas, son équilibre. Mon apprentissage avec mes professeurs m’a apporté un équilibre et un axe propre pour éviter de s’accrocher au danseur et de devenir ainsi un poids pour lui. J’ai également appris à chercher un mouvement plus « organique » c’est-à-dire que la position du corps et l’écoute constante de son partenaire amène un mouvement naturel dans la danse.

J’ai maintenant intégré ce mouvement « organique » car avec des danseurs différents et inconnus, je peux faire des pas quasiment sans y penser. Cela me semble d’ailleurs étrange que le corps puisse répondre et danser sans que la pensée ne maîtrise totalement tout le processus sauf pour ressentir avec surprise un joli mouvement ou un bel « adorno« . Cela ne signifie pourtant pas que la pensée n’intervienne pas pour des pas plus complexes et moins connus.

C’est ce qui fait toute la beauté du tango : arriver à une connexion quasi totale dans le couple de danseurs.

Publicités
Cet article, publié dans tango, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s