Aéroports épisode 2 : Toulouse Blagnac, à la maison

« A Blagnac, tes avions sont plus beaux
Si l’un me ramène sur cette ville
Pourrai-je encore y revoir ma pincée de tuiles

O mon païs, ô Toulouse, ô Toulouse »

(Claude Nougaro, Toulouse)

Originaire de Toulouse, je me vois comme Claude Nougaro dans un avion me ramenant vers cette ville. Toulouse reste la ville du retour, avec l’aéroport de Toulouse Blagnac comme porte d’entrée.

Bien sûr, cet aéroport a été le point de départ de certains voyages lorsque je vivais à Toulouse mais je n’en ai pas de souvenirs précis sauf celui où j’accompagne mes soeurs qui partaient avec le Tempo pour le Canada alors que j’allais passer les vacances à réviser pour mes concours. Par la suite, mes départs, même avec le Tempo, ne me sont pas restés en mémoire au contraire des arrivées et des départs d’autres aéroports, comme celui de Pointe à Pitre pour la récupération des bagages de l’orchestre et ensuite, la dépose de ces mêmes bagages pour le retour vers Toulouse.

Mais revenons à l’aéroport de Toulouse Blagnac. Comme pour Orly, je le connais très bien à la fois pour mes voyages personnels et professionnels. Combien de fois y ai-je eu droit aux différentes vérifications de sécurité alors que j’y avais échappé à Orly le matin même. Le passage à la sécurité à Toulouse Blagnac a toujours été plus sensible et plus strict qu’à Orly mais j’ai l’impression que cela est en train de changer. A Toulouse Blagnac, je passe toujours par le même couloir, le même portique et le même tapis de bagage à l’arrivée et la même salle d’embarquement entre les portes 20 à 25, au départ.

Comme tous les aéroports français, Blagnac a changé de visage ces dernières années avec une réorganisation de la circulation pour les voitures au départ et à l’arrivée. Maintenant, mes parents sont obligés de passer par le parking lorsqu’ils viennent me chercher. Ensuite, l’exploitant de l’aéroport a construit un énorme parking à plusieurs étages qui cache la façade du nouveau hall de l’aérogare. Cette excroissance est assez laide mais pas suffisamment à leur goût, je suppose, car ils bâtissent un nouveau parking dans le même style.

J’ai eu l’occasion de fréquenter les cafés et autres lieux de restauration rapide dans l’aérogare qui sont assez bien organisés et sympathiques. Cependant, je ne connais pas vraiment le nouveau hall D inauguré en mars dernier avec un concert de la Philharmonie de Toulouse. Air France semble vouloir rester dans ses quartiers actuels au hall B et je n’ai aperçu qu’en passant ce gigantesque hall qui paraît tellement vide tant il y a peu de passage. D’ailleurs, beaucoup d’aérogares français donnent cette impression de vide ou d’espace un peu froid.

Contrairement à l’aéroport d’Orly, je ne me suis jamais vraiment arrêtée dans l’aérogare de Toulouse Blagnac et il représente donc pour moi un aéroport familier mais finalement moins proche que celui d’Orly.

Publicités
Cet article, publié dans France, voyage, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s