Luxembourg, ville chic et internationale

Comme je l’écrivais dans l’article précédent, j’ai pu passer une semaine à Luxembourg à l’occasion d’un déplacement professionnel. Arrivée par le TGV de Paris le dimanche après-midi, j’ai pu profiter de la fin d’après-midi pour me promener vers le Grund dans un froid très humide, ce qui est habituel à Luxembourg.

Le centre de Luxembourg sur le plateau et dans le Grund se visitent facilement à pied et j’ai suivi par hasard un parcours dans le bas de la ville, l’itinéraire Wenzel qui m’a menée au bord de la rivière qui serpente dans la vallée et sur les anciennes forteresses de la ville. J’ai pu y apprécier une première fois les mélodies du carillon de la cathédrale que j’aurai l’occasion de réentendre dans le courant de la semaine jusque tard dans la soirée. Ce carillon que l’on peut entendre partout dans le centre ville représente pour moi une part importante de l’identité de Luxembourg. Le centre est suffisamment petit pour que l’on s’y retrouve facilement entre la cité de justice, les différents ministères du Luxembourg. C’est une ville où l’on se sent bien et où il fait bon se promener.

Luxembourg est également une ville très internationale en raison de la présence de plusieurs institutions européennes importantes comme la cour de justice de la  communauté européenne ainsi que la banque européenne d’investissement. Les habitants sont en général habillés de manière chic et on ne compte pas le nombre de messieurs dans le traditionnel costume bleu nuit rayé. Il ne faut pas oublier que le Luxembourg est également un pays accueillant d’importants établissements bancaires. Durant cette semaine, je me suis rendue tous les jours à l’institute of air navigation services (IANS) d’Eurocontrol qui se trouve vers le plateau du Kirchberg et j’arrivais à peu près à la même heure que les écoliers de l’école européenne voisine. Tous les matins, j’ai donc assisté au rituel des enfants arrivant à l’école amenés par leurs parents en tenue de travail mode « fonctionnaire européen ». L’après-midi où nous avons pu terminer plus tôt, nous avons retrouvé les collégiens dans le bus, collégiens qui peuvent choisir de se parler dans plusieurs langues dont le français, l’anglais et l’allemand principalement.

Par ailleurs, j’ai pu profiter de la proximité de l’IANS avec la place de l’Europe pour aller au MUDAM, le musée d’art moderne de Luxembourg. Le musée fait nocturne  jusqu’à 20h certains soirs de la semaine et le mercredi où j’y suis allée, j’ai pu entrer gratuitement. Le MUDAM a été conçu par l’architecte de la pyramide du Louvre, Pei. D’ailleurs on y retrouve les éléments caractéristiques du Louvre, le verre et la pierre blanche que je trouve très esthétique et solide. J’ai beaucoup aimé les oeuvres contemporaines présentées au MUDAM, davantage tournées vers la photographie, la vidéo, des tableaux et quelques montages. Le plus impressionnant pour moi a été l’échafaudage  se trouvant à l’entrée du musée et sur lequel je suis montée : vers le haut de l’échafaudage, à 6-7 mètres du sol, j’ai connu un moment d’angoisse car l’édifice vacillait.

Du point de vue architectural, mon coup de coeur va à la Philharmonie de Luxembourg. Il me rappelle un peu l’Opéra de Sydney avec ces ailes ouvertes sur le côté mais le plus impressionnant pour moi réside dans la parfaite harmonie des hautes colonnes blanches qui soutiennent un toit très arrondi. La salle de concert est par ailleurs très bien conçue avec un beau volume intérieur qui doit sûrement participer à l’excellente acoustique du lieu, des sièges très confortables, en tout cas, côté fauteuils de tour et une belle disposition des balcons sur les côtés de la salle.

Du point de vue de l’hébergement, je recommande vivement l’hôtel Carlton situé tout près de la gare centrale et où j’ai séjourné. Le patron, Gianni, est adorable et la chambre, les services sont excellents. Par ailleurs, j’ai également bien dîné à Luxembourg. Le dimanche, jour où peu de restaurants et de bars restent ouverts, je suis retournée dans un restaurant que je connaissais, L’UN, qui possède une carte originale de cuisine française, seul bémol auquel on se fait très vite, la décoration dans une dominante verte ne réchauffe pas le pauvre client qui vient chercher un peu de chaleur après une promenade fraîche et humide. Beaucoup de restaurants étant également fermés le lundi soir, je suis allée manger une soupe chinoise au Palais de Chine, restaurant chinois d’excellente qualité et très accueillant. J’ai ensuite suivi les recommandations de lonely planet et je suis allée goûter la cuisine végétarienne de la Mesa verde, très bonne et copieuse dans une atmosphère un peu psychédélique. La Mesa verde ne met pas de viande à son menu mais il est possible de manger du poisson. Le Chireggi, autre recommandation de lonely planet, m’a permis de manger un très bon carpaccio de boeuf et de choisir un bon vin dans la carte inscrite au livre Guiness des records (en fait, ce n’est pas une carte, c’est un pavé de 100-200 pages). Pour le restaurant de la Philharmonie, j’en ai déjà touché un mot dans mon article précédent sur le concert à la Philharmonie avec Evgeny Kissin.

Publicités
Cet article, publié dans Europe, voyage, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s