1 – Un peu de nature à Kagawa (Shikoku 四国 13 octobre 2010)

Notre séjour à Shikoku a commencé sur un rythme paisible qui nous a bien plu. En effet, nous nous sommes mises en route assez tôt pour visiter dans la matinée le Ritsurin koen qui fait partie des plus beaux jardins au Japon. Nous avons donc pris le train sur la Kotoden line vers 8 heures du matin, heure à laquelle chacun, de l’écolier au salary man, rejoint son école ou son bureau. Le vélo est plus utilisé qu’en France et une armée de cyclistes traverse la voie ferrée avant de s’engager dans l’arcade commerciale couverte de Takamatsu.

Notre visite au Ritsurin koen a vraiment dépassé nos attentes. En effet, arrivées tôt dans le jardin, nous avons profité un moment du calme du jardin et des perspectives toujours changeantes offertes le long de notre chemin. D’ailleurs, je ne pense pas que les photos prises puissent rendre toute la beauté de ce jardin dont les différentes vues jouent sur la perception par l’œil humain de plusieurs plans superposés. Ainsi, comme une très belle composition en musique entre tempos lent et rapide et des dynamiques de pianissimo à fortissimo, le jardin nous offre une variété de points de vue avec des espaces restreints, fermés pour ensuite nous époustoufler par des ouvertures sur une vue en très grand angle, un passage d’espaces très organisés puis « artificiellement » plus sauvages comme la cascade en service uniquement aux horaires d’ouverture du jardin. Le Ritsurin koen peut apparaître comme un espace naturel, notamment avec le mont couvert d’une forêt d’arbres en arrière-plan alors qu’il a été totalement conçu par la main humaine. Nous avons rencontré des pitchous de maternelle avec leurs maîtresses qui chantaient et dansaient dans une partie du jardin, des visiteurs individuels ou en groupe dont de nombreuses personnes âgées. Nous avons discuté avec un japonais originaire de Gunma et qui vit à Los Angeles depuis plusieurs années ainsi qu’une des participants du séjour sur le thème du Setouchi International Art festival de Shikoku muchujin qui profitait de sa première semaine libre.

Dans l’après-midi, nous avons pu voir une partie de l’exposition pour le Setouchi International Art festival sur Ogijima. En effet, après avoir profité du temps magnifique de ce mois d’octobre sur le port de Takamatsu, nous avons pris le ferry pour Ogijima. La promenade sur le port ainsi que la traversée en bateau a décidément donné un air de vacances à notre séjour.

Arrivées à Ogijima, la visite des rues étroites du village ainsi que la randonnée pour atteindre le phare à l’extrémité de l’île nous a davantage dépaysé que les œuvres contemporaines exposées dans le village. Notre premier séjour au Japon nous a transporté loin du tumulte urbain et nous nous sommes retrouvées au milieu d’une nature sauvage peuplée de nombreux insectes, dont de grosses araignées, ainsi que de fleurs inconnues en Europe. Sur la plage près du phare d’Ogijima, nous avons pu tremper nos pieds dans la mer de Seto en regardant passer les tankers et bateaux de toutes les tailles.

Nous sommes revenues à Takamatsu avec la nuit qui tombe bien plus vite qu’en France à cette époque de l’année. Nous avons trouvé un sympathique bar où nous avons goûté aux légumes marinés ainsi qu’au natto (des graines de soja fermentés qui sentent assez mauvais) pour accompagner notre chope de kirin pression. Par la suite, nous avons déambulé dans le quartier à la recherche d’un restaurant de udon recommandé par le lonely planet, le Tsurumaru. Heureusement qu’un gentil cycliste parlant parfaitement anglais nous a aidé : il nous a cherché l’adresse avec le GPS de son iphone et en fait, le restaurant était tout près.

Au Tsurumaru, les udons fabriquées à la main puis préparées sous le regard des clients étaient excellentes, accompagnées d’une bière asahi. Je crois que mon plat avait été préparé avec un bouillon de poisson et de la viande de boeuf qui avait dû mariner dans une sauce sucrée : j’ai beaucoup apprécié le goût doux et parfumé de ce plat. Je croyais trouver facilement du thé dans les restaurants. Cependant, pour l’instant, partout où nous avons mangé, ils n’en offraient pas. Au Tsurumaru, le choix était simple : eau ou bière.

De retour à l’hôtel, je poursuis ma découverte du pays en regardant la télé en même temps que j’écris le résumé du jour. Sur NHK, j’ai trouvé une excellente émission : un chef d’orchestre japonais dont je ne connais pas le nom et qui a été l’élève de Léonard Bernstein fait une analyse de la manière de diriger de Lenny à travers des extraits d’archives comme « the gift of music » avec le philharmonique de Vienne en 1966 ainsi que des comparaisons de différentes interprétations par Bernstein d’une symphonie de Mahler.

Nous avons donc bien profité de cette première journée à Takamatsu, en particulier avec le bon air de la mer, ce qui, j’espère, m’aidera à profiter d’une meilleure nuit que la précédente où j’ai peu dormi, décalage horaire oblige.

NB : les vidéos ont été filmées avec le téléphone portable que j’avais loué pour le séjour. Elles ne sont pas de très grande qualité mais elles donnent une ambiance.

Publicités
Cet article, publié dans Japon, Shikoku, voyage, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour 1 – Un peu de nature à Kagawa (Shikoku 四国 13 octobre 2010)

  1. David dit :

    Vraiment content que vous soyez passées à Ogi et ayez pu avoir un petit aperçu de la Mer Intérieure de Seto.

  2. Ping : Préparer son voyage à Shikoku (四国) | Levia carmina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s