3 – Aux environs de Takamatsu (Shikoku 四国 15 octobre 2010)

Après la visite du temple de Yashima qui fait partie du pèlerinage des 88 temples de Shikoku, nous avons décidé de monter les 1368 marches qui mènent au temple de Kotohira. Cette petite ville se trouve à une heure de Takamatsu par la ligne Kotoden. Nous avons pu traverser la campagne autour de Shikoku avec bien plus de rizières que ce que nous avions pu observer dans l’agglomération de Yashima. Les rizières sont dans des états de végétation très différents : le riz en pleine croissance, le riz mûr ou le riz déjà récolté. On ne voyait que peu de personnes dans ces rizières ou les champs attenants et plutôt des personnes assez âgées. Lors de notre trajet, une dame âgée a discuté avec nous, enfin plutôt avec ma camarade. Lorsqu’elle s’est adressée à moi, le seul mot que j’ai compris a été « ojo-sama », ce qui m’a beaucoup surprise dans la bouche d’une dame bien plus âgée que moi. A priori, elle devait se sentir un peu seule, ses enfants vivant maintenant à San Francisco. A sa descente de train, elle nous a adressé des «au revoir» bien chaleureux.

Arrivées à Kotohira, nous avons pu comparer les lieux à une petite ville de province comme Montargis avec une rue commerçante menant aux marches pour la montée vers le temple. Pour cette matinée, nul calme et sérénité. En effet, la visite du temple semble être l’excursion obligatoire des collèges des environs avec une fréquence de passage d’un groupe en uniforme toutes les 30 secondes environ. Pour beaucoup de jeunes filles, la jupe de l’uniforme m’est apparue bien courte, ce qui en amenait certaines à la tenir pour éviter de montrer leurs dessous aux personnes les suivant dans les escaliers assez pentus. Par la force des choses, nous nous sommes retrouvées dans un encombrement au moment de la photo imposée pour tous les groupes scolaires à mi-parcours. Ces adolescents ressemblaient à tous ceux de leur âge : ça chantait, ça plaisantait…Par rapport à Yashima, les bâtiments à Kotohira étaient vraiment imposants avec beaucoup plus de visiteurs venus faire leur prière au temple. Nous avons poursuivi après le bâtiment principal du temple pour monter 500 marches supplémentaires au milieu de la forêt jusqu’à un temple plus intimiste. Cette visite du Kompira-san m’a rappelé les films d’animation d’Hayao Miyazaki avec ces édifices perdus au milieu de la nature. Par ailleurs, nous avons croisé beaucoup plus d’animaux ou d’insectes sur notre chemin dont un insecte impossible à photographier car toujours en mouvement et avec un corps comme un grain de fenouil et avec plusieurs pattes très fines et transparentes comme dans les animations de Miyazaki.

Lors de la descente, nous avons décidé de racheter des biscuits dont l’odeur de crêpe m’avait alléché à la montée. A midi, nous avons goûté à une très bonne soupe de sanuki udon. Nos différentes expériences de sanuki udon nous ont permis de comparer les différents plats que nous avons goûtés. Pour ma part, j’ai préféré le bouillon du Tsurumaru parfumé et doux, les udons du Warayama, même si le bouillon chez ce dernier était plus salé qu’au Kompira-udon de Kotohira.

Pour nous reposer en fin d’après-midi, à notre retour à Takamatsu, nous avons marché jusqu’au phare sur la jetée pour regarder les bateaux passer et le soleil se coucher. La soirée a été courte car nous devons prendre demain le train pour Naruto/Tokushima.

 

Publicités
Cet article, publié dans Japon, Shikoku, voyage, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour 3 – Aux environs de Takamatsu (Shikoku 四国 15 octobre 2010)

  1. David dit :

    Je pense que Konpira est un de mes lieux préférés au Japon, mais effectivement, il est difficile d’y trouver le calme (sauf au sommet, mais là on est trop épuisé pour vraiment en profiter) ce qui est bien dommage, quand c’est pas les groupes de collégiens/lycéens, c’est les groupes du troisième âge (c’est un des lieux touristiques principaux de Shikoku).

    Pour les jupes des écolières, il est « intéressant » de voir qu’effectivement elles ont une drôle de tendance à raccourcir alors que l’âge de jeune fille augmente, et ceci sans que la longueur réglementaire ait changé (j’avais observé le même phénomène en Angleterre) et si sur Shikoku les lycéennes savent encore se tenir, ce n’est pas le cas partout (je me souviens d’un escalator et d’une culotte fushia à Hiroshima qui aurait fait fantasmer bien des lycéens de par chez nous – et qui a très certainement fait fantasmer le salaryman à côté de moi. Et moi ? Ah non, moi je suis marié… 😉 )

    (petite précision : Yashima n’est pas un village mais bien un quartier de Takamatsu)

  2. David dit :

    Pas de problème. 🙂

    Maintenant, je ne dis pas qu’à une époque les deux n’étaient pas séparés. En fait, Yashima, c’est surtout le nom de la montagne. Par contre, sur le versant est de la montagne il y a le village de Aji (que vous mentionnez à propos de la provenance du poisson d’un restaurant de suhi), mais il a été incorporé à Takamatsu il y a quelques années.

  3. Ping : Préparer son voyage à Shikoku (四国) | Levia carmina

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s